dimanche 31 août 2008

Le film "New Gladiators"

Introduction :

Sans être devenu un film culte pour le grand public, "New Gladiators" reste une référence de documentaire consacré au Karaté des années 1970.

Nous nous baserons pour cet article sur l'interview de George Waite, compris dans le DVD du film, ainsi que sur divers écrits parus à ce sujet.

Histoire du film :

En 1973, George Waite propose à son entraîneur, Ed Parker, un projet de film sur le karaté. Ed Parker présente à son tour le projet à Elvis Presley, dont il est l'instructeur, (voir l'article Tournois et Promoteurs).

Elvis Presley est enthousiasmé et finance une partie du film, éventuellement à hauteur d'un chèque de USD 50'000.--. Il est décidé de suivre une équipe de karatékas à travers ses divers déplacements en Europe, pour disputer des tournois. Le projet initial prévoyait également d'inclure une démonstration de Karaté, pratiquée par Elvis Presley, (voir plus bas) et d'une exhibition, filmée en couleur, effectuée par Bruce Lee en 1967, aux Internationals d'Ed Parker.

Après le tournage, dirigé par Bob Hammer, de près de 50 heures de scènes diverses, tournées en 16 mm de l'époque. Après la mort d'Elvis Presley en 1977, les séquences sont restées près de 25 ans dans une voiture parquée dans le garage de George Waite.

Don Warrener, fondateur de la société de production spécialisée dans les Arts Martiaux, Rising Sun Productions, basée à Los Angeles, et qui est un pratiquant du Goju-Ryu, a réussi à décider George Waite à ressortir ses bobines. Ils restaurent et montent finalement un documentaire de 93 minutes, nommé "New Gladiators", titre éventuellement inspiré par Elvis Presley.


La musique est de David Crosby et Graham Nash, du fameux groupe Crosby, Still, Nash and Young.

Précisons que George Waite a été éditeur de nombreux autres films, dont des documentaires, parfois créés pour Disney.

Elvis Presley et le karaté :

Il est très difficile d'établir un historique exact de la relation entre Elvis Presley et le karaté. Il aurait commencé par le Shotokan, alors qu'il était à l'armée. Il aurait poursuivi par le Kenpo d'Ed Parker, tout en s'entraînant également avec Kang Rhee, à Memphis, dans un style proche du Taekwondo, soit le Pasaryu. En Kenpo, Elvis a reçu divers grades, dont un grade honorifique de 8ème dan.

Ed Parker et Elvis ont organisé un séminaire de karaté au Tennessee Karate Institute, le 4 juillet 1974. Elvis a effectué une démonstration dans le même local, le 16 septembre 1974, avec prise de vues. Cette démonstration ne fait pas partie du film, comme prévu lors du projet, ceci pour des problèmes de copyright. Cette vidéo comprend aussi une courte interview de Jerry Schilling, un producteur ayant travaillé avec Elvis Presley. Il explique l'historique de ces images. Bill Wallace apparaît un court instant, portant une tenue semblable à celle qu'il portait deux jours avant, lors des premiers championnats PKA, le 14 septembre 1974.

Le King et Superfoot

Selon certaines sources, Elvis aurait même proposé beaucoup d'argent à Bill Wallace pour ne pas participer à ce championnat, ceci pour des raisons obscures. Adresse internet : http://fr.youtube.com/watch?v=qvehGcMMOmY.

Elvis a également fait des courtes démonstrations d'Arts Martiaux, durant ses concerts à Las Vegas, en août et septembre 1974.

Nous ne reviendrons par sur le manque de sérieux de ces exhibitions, mais nous conseillons aux lecteurs de ne pas rater la chemise blanche à large col portée sous le Gi d'Elvis, ainsi que sa superbe ceinture rouge. Rappelons également que selon de nombreuses sources, Elvis était très généreux avec ses instructeurs.

Le film :

L'équipe américaine est composée de John Natividad, Darnell Garcia, Tom Kelly, Ron Marchini et Benny Urquidez et est managée par Ed Parker. En 1973, elle se rend à Londres, éventuellement à Wembley, où elle rencontre une équipe composée d'Eugène Codrington, David Cooper, Ticky Donovan, Graham Mitchell et Toby Francis (noms phonétiques). La compétition aurait pris place en même temps que le 10ème championnat national. Finalement, les USA remportent la confrontation. Un court extrait : http://fr.youtube.com/watch?v=JX5iZRUOBvw&feature=related.


Tom Kelly dans ses oeuvres

La même équipe américaine se rend ensuite en Belgique, où elle rencontre une équipe belge menée par Geert Lemmens. Menés aux points, les Américains doivent gagner le dernier match disputé entre Ron Marchini et Lemmens, pour remporter la confrontation par équipe. D'un coup de poing, Geert Lemmens blesse Marchini au visage. Les médecins veulent arrêter le match et les arbitres disqualifier le Belge. Marchini refuse et continue le combat, gagnant avec un coup de pied dirigé… dans les parties génitales de son adversaire, mais sans grand dommage pour Lemmens, qui se relève immédiatement. Deuxième extrait : http://fr.youtube.com/watch?v=VGIWdspFxE4&feature=related.


Ron Marchini encaisse le coup de poing de Geert Lemmens

Ces deux confrontations par équipe sont disputées sans contact et sans protection.

De retour aux USA, on assiste à une finale du 1st Annual Los Angeles Open de 1974, remporté par Bob Alegria.

Lors du Beverly Hill Invitationnal, les matchs suivants sont représentés : Steve Sanders (Muhammad) bat Hernandez par disqualification. Roy Kurban bat Blinky Rodriguez, Cecil Peoples et Ray Sua, avant de battre Steve Sanders en finales. Les combattants portent des protections aux pieds. Le contact au corps uniquement est autorisé.

Pour terminer, lors des US Nationals Championships de 1974, durant lesquels les combattants portent des protections tant aux pieds qu'aux poings, le contact léger à la tête est autorisé, ainsi que le contact complet au corps. Roy Kurban bat tout d'abord Darnell Garcia, puis Benny Urquidez en finales. Dernier extrait : http://fr.youtube.com/watch?v=2ytxHe3YtQg&feature=related.

Le numéro d'avril 1975 de Black Belt Magazine mentionne ce tournoi sous le nom Western Pro/Am Karate Championships, disputé à Oakland/CA. Si les photos des combattants correspondent au film, il est par contre mentionné dans ce journal que Kurban bat Benny Urquidez en demi-finales et Darnell Garcia en finales. Cette version est confirmée par le journal Professional Karate de mars 1975. Il semblerait donc que ce soit le film qui mentionne une fausse chronologie entre la demi-finale et la finale. Le prix attribué au vainqueur est de USD 1'000.--.


La finale entre Roy Kurban à droite et Benny Urquidez

Les combattants :

Benny Urquidez fait l'objet d'un article séparé dans ce blog.

John Natividad est né à Hawaii. Elève de Chuck Norris et pratiquant le Tang Soo Do, Natividad se retire de la compétition en 1975, après avoir remporté de nombreux tournois aux USA. Son combat le plus célèbre est disputé durant les finales des Internationals d'Ed Parker à Long Beach, en août 1973. Il bat Benny Urquidez par 13 à 12, durant les temps supplémentaires.

Steve Muhammad, né Steve Sanders, a été un des fondateurs de la BKF, (Black Karate Federation. Il a perdu un combat contre Joe Lewis, en 1969, éventuellement de manière infondée et aurait fondé cette fédération pour défendre la cause des Noirs dans le sport. Il est un pratiquant du Kenpo d'Ed Parker et sa vitesse d'exécution est particulièrement élevée. Plus de détails sur sa longue carrière sont mentionnés dans l'article sur Joe Lewis.

Roy Kurban pratique le Taekwondo et arrête la compétition en 1977, après avoir remporté divers tournois. Il a été instructeur à l'armée et dans diverses polices. Il a d'ailleurs travaillé comme policier durant 3 ans, puis a servi durant 16 années comme Juge au Texas.

Ron Marchini pratique le Renbukai (style proche du Karaté et principalement usité au Japon) et a perdu contre Chuck Norris en 1964, au Tak Kubata's All-Stars Tournament. Il devient par la suite acteur.

Darnell Garcia est instructeur dans une des écoles de Chuck Norris. Darnell Garcia remporte le Grand Champion des Internationals Karate Championships en 1972, contre Joe Lewis. Il a écrit deux livres, soit "Explosive Instincts and Mind Power" et "Fighting Art of Tang Soo Do" et a travaillé pour divers services de police.

Tom Kelly a remporté le titre des poids lourds du All-American Karate Champion, en 1971, 1972, 1973. En 1972, il perd contre Joe Lewis pour le titre de Grand Champion ? Il pratique le style Kenpo.

Ticky Donovan a été champion d'Angleterre pendant de nombreuses années. Il a changé de style à de nombreuses reprises, avant de pratiquer l'Isshinryu.

Eugène Codrington, avec l'équipe du Royaume-Uni, a battu le Japon par équipe, aux Championnats du Monde de 1975, à Long-Beach (WUKO). Il a été médaillé d'argent aux Championnats du Monde 1977 à Tokyo (WUKO).

Geert Lemmens voit son nom évoqué dans l'article de ce blog au sujet des diverses fédérations, avec mention de sa participation à la création de la WAKO. Auparavant, il a participé à la première édition du Championnat du Monde de Karate WUKO, en 1970, au Japon.

Conclusions :

Ce film est décrit par George Waite, dans son interview, comme une version karaté de "Endless Summer", produit en 1966 par Bruce Brown. Comme des surfers face à la vague parfaite, ces combattants chercheraient le tournoi et l'adversaire parfaits tout au long de ce road movie. Après visionnement, relevons que New-Gladiators a très nettement mieux vieilli qu'Endless Summer, avec ces plans longs et sans changement de rythme, ainsi que ses commentaires édifiants. Par contre, l'excellent film "Morning of the Earth" de Alby Falzon, produit en 1971, présente de nombreuses ressemblances avec "New Gladiators", plus au niveau de la musique que de l'image.

Nous constatons le rôle prépondérant d'Ed Parker dans le choix des combattants (surreprésentation du Kenpo), des extraits avec Elvis Presley (son élève) et Bruce Lee (démonstration dans son tournoi).

La question pourrait se poser de savoir de quelle fédération dépend l'équipe américaine, présentée lors des combats comme l'Equipe nationale des Etats-Unis d'Amérique. Il ne s'agit en rien de celle présente à Paris en 1972, lors des Championnats du Monde par équipes; John Natividad et Ron Marchini ayant d'ailleurs été sortis, lors des éliminatoires US. D'ailleurs, les karatékas de New Gladiators, envoyés en Angleterre et en Belgique n'étaient pas les plus connus de l'époque, au contraire des Joe Lewis, Bill Wallace, Jeff Smith et Howard Jackson.

Ce film permet de revoir Benny Urquidez en Karaté traditionnel, alors qu'il n'était pas encore une célébrité et de mieux comprendre la lente évolution de ce dernier vers le full-contact, au tournant de l'année 1974.

1 commentaire:

Billy Lo a dit…

Très bien l'article
est il possible d'avoir des infos sur Bob Wall & Jim Kelly, 2 karatékas qui ont joué dans les films de Bruce Lee